« Et sinon, tu reprends quand tes études ? »

J’imagine déjà la tête de mes proches en lisant certains passage de cet article. Pourtant, paradoxalement, même si c’est vous qui me posez la question ce n’est pas vraiment à vous qu’est destiné la réponse.

Parce que la réponse, c’est un choix, des questionnements encore et encore. Une prise de décision qui peut bouleverser une vie. Alors je voudrais bien tout mettre en stand-by et arrêter de penser, mais la vérité c’est que c’est impossible.
Je ne suis pas comme ça, je n’y arrive pas. Ça fait maintenant 21 mois que j’ai arrêté mes études. Enfin plutôt « appuyer sur le bouton pause ».

A 19 ans j’ai eu la chance d’acquérir une licence et de prendre un avion pour partir. Ce voyage que l’on doit faire tant qu’on est jeune parait-il. C’est clair que pour moi c’était une façon de découvrir autre chose mais aussi un autre moi, avec cette volonté de changer de vie. Et ça a réussi, ça a tout changé. Et pourtant quand on revient, rien n’a vraiment changé. Alors on repart ?

Parce que le voyage, même si il y a des hauts et bas, des débuts difficiles, une adaptation, une vie sociale et des habitudes à recréer, il faut quand même avouer que le voyage, c’est une drogue. Ça me fait d’ailleurs penser à cet article, nommé « Une drogue dure appelée voyage« .  On pense pouvoir faire sans, mais au final c’est une envie profonde de bouger qui revient en force, encore et encore.

Mais il ne faut pas oublier le plan de départ. Oui parce qu’on a tous un plan de départ, plus ou moins défini, plus ou moins brouillon. Moi le mien, il était beau, net, avec des reliefs et des couleurs. Mais je sais pas, mon joli plan a du être chiffonné à un moment, car au lieu de continuer mes études en septembre dernier comme prévu, j’ai fini par partir en Australie pour 6 mois. Enfin 6 mois, ça aussi c’est le plan. Le nouveau, je parle.

Au final on se retrouve presque à choisir entre raison et passion. Et même le fait de savoir que tout le monde est dans la même situation ici; un peu perdu, ça ne m’aide pas à y voir plus clair de mon côté. Et puis il faut être sacrément égoïste pour faire ce que l’on fait. Partir et tout laisser derrière nous, la famille, les amis. On enchaîne les moments manqués et on continue notre aventure sans vraiment de soucier de ce qu’il se passe dans notre pays natal. Et même sans cette question d’égoïsme…

Au final, si j’arrête maintenant, si je me « pose » maintenant, c’est quoi la suite ? Ce que l’on a maintenant ce n’est pas des vacances, c’est la vie. Comment est-ce qu’on pourra de nouveau vivre et découvrir avec la liberté que l’on a aujourd’hui ? Je ne dis pas que revenir en métropole c’est être condamner  mais, c’est le mode de vie qui est différent et qui va manquer.

C’est un peu répondre à la question ; qu’est-ce que je finirai par le moins regretter ? Comme si avoir trop d’options et de possibilités m’empêchait d’y voir clair.

Je me posais beaucoup de questions avant de partir. Et comment faire ceci ci, et où, combien, pourquoi. Et puis finalement les questions pour partir deviennent plus simples que celles pour revenir. Alors, je n’ai pas encore trouvé toutes mes réponses mais j’y travaille.


4 réflexions sur “« Et sinon, tu reprends quand tes études ? »

  1. Salut !
    J’ai beaucoup apprécié cet article, très honnête et je m’y suis reconnue. J’ai 22 ans et je fais aussi une pause dans mes études. Je suis partie en tant qu’au pair à Londres depuis février 2016 avec l’intention de rentrer en France en janvier pour continuer ma licence … mais ça c’était mon plan de départ ^^
    Maintenant je pense partir en tant qu’au pair aux Etats-Unis 😉
    Et d’ailleurs merci pour l’article comparant les agences, ça m’a beaucoup aidé !

    J'aime

  2. A l’âge que tu as : PROFITE ! Vraiment.
    C’est ce que je compte faire et pourtant j’aurais 24 ans. Je vais être diplomée d’un master 2. Mais compte partir faire 2 stages à l’étranger l’an prochain, suivi d’une année de VIE en Afrique, et l’année suivante je l’imagine déjà pour mon tour de l’Asie…
    PROFITE !
    Les études c’est bien mais ça ne fait pas tout loin de là, surtout si on est pas sur à 100 pourcent de là ou on va, si c’est bien ça qu’on veut.
    Mon père a tellement changé de boulots, de vie, a tellement rebondi, que j’ai bien vu grâce à lui que on s’en sortais toujours. Tu apprends l’anglais, connais des cultures, te fait du réseau à l’étranger… et puis il y a toujours des gens à la fac qui débarquent en première année à 25 ans. Le seul truc c’est la pression des potes qui sont en couple depuis dix ans et en CDI, de la famille… mais dans dix ans tu verras, la roue aura tournée.

    J'aime

    1. Oui j’essaie de relativiser, et puis sincèrement j’ai des personnes dans la même situation avec quelques années de plus alors j’en profite. Je suis encore a l’âge où certains obtiennent leur licence. J’ai pris de l’avance dans mon parcours scolaire et je mets le tout à profit. La vie de famille n’est pas pour l’instant. Profite bien de toutes tes aventures !!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s