Retour en France, l’étrangère de son propre pays

Revenir en France après un an d’absence

« Alors tu rentres quand ?« , ma réponse restait toujours très floue, évasive. D’une part je voulais surprendre un peu mes proches, même si ce n’était que de quelques jours, d’une autre je voulais me laisser un peu de temps. Pour réaliser, pour souffler, me reposer, réaliser, encore.

J’étais à San Diego, j’ai conduit 2 heures pour remonter sur LA, j’ai pris, un, deux avions. J’ai retrouvé ma host à 23h, mes kids à 6h le lendemain. Et j’ai repris un, deux avions. Sur le trajet New York-Paris, j’ai des pincements au cœur.
C’est des vagues, je rigole, je chante, je pleure, je dors. Ils passent plusieurs films, Inside Out (Vice Versa), avec la petite fille qui regrette sa ville du Minnesota. A chaque fois qu’elle prononçait « Minnesota », je pleurai encore. Pathétique et pourtant. Quand ils ont passé le film où la mère, le père et le frère mourrait, là j’ai carrément fait un remake des chutes du Niagara.

retour en france - expatriation

Je suis heureuse de revenir, bien sur. C’est mon pays, ma famille, mes amis !! Et puis c’était prévu, c’était le deal, 365 jours et on revient. Et puis même si j’aime bien râler, faut avouer qu’il y a des choses qui me manquaient sacrément en France. Quand je fais le bilan, repense à tout ces bons moments, j’ai de nouveau le cœur qui se déchire. Parce que c’est une page qui se tourne, une grosse page. Je ne sais même pas quand je pourrais revenir aux Etats-Unis, mais j’y reviendrai, c’est une certitude. Comme un deuxième pays, qui m’aura ouvert ses portes pendant plus d’un an. Et un an c’est peu et énorme à la fois, alors forcément cette page là, elle compte.
Quand j’arrive à Paris, j’ai l’impression d’arriver dans un pays étranger, je redécouvre tout. Tellement que je finis par me poser la question de l’exagération. Bon après, c’est vrai que s’émerveiller devant une publicité de gastronomie, les Volvic Citron, les pain aux chocolats et les magazines c’est un peu trop. Et ce fichu billet de 10€ qui a changé ?! Les gens autour de mois parlent français, je me sens un peu décalée. C’est mon pays, mais sans vraiment l’être.
Je reprend le sourire quand je vois les chariots gratuits à l’aéroport (aux US c’est entre $4 et $6), je me force à perdre le reflexe de rajouter l’adaptateur à ma prise d’ordi, à ne pas rajouter automatiquement les taxes sur le prix indiqué..

Au final, je reste près de 10h à l’aéroport, afin d’attendre mon train. Pendant 10h, j’ai pu mangé français, parler français. Le vouvoiement m’a fait très bizarre. Même si je parle français tous les jours, j’avais totalement arrêter le vouvoiement durant plus d’un an. Alors m’adresse à une personne de mon âge avec le pronom « vous », c’était carrément pas naturel. Je dois réfléchir à la structure de ma phrase. Je dois réfléchir pour parler ma propre langue ! Dans l’avion je m’adressais naturellement en anglais, plus qu’en français, même si le personnel était bilingue d’ailleurs, plus court, moins de chichi.

Alors même si la vague d’émotion est  encore là, la vérité c’est que je ne réalise tout simplement pas encore.

Après une semaine, me voilà déjà dans le train pour aller dans le Nord de la France. Je n’ai pas eu de larmes ou de regrets, du moins pas encore. En vérité j’ai été bien occupé. Et puis je recherche du travail, j’ai revu mes amis, je suis allée au cinéma, j’ai revu ma famille, j’ai revisité ma ville, ranger mes affaires aussi.. plus long qu’il n’y parait, je me suis occupée de la paperasse. Le choc de retrouver la France, et ses français, bourrés d’incivilité, de scandale, de mots grossiers. De retrouver ces gens sur qui on ne peut pas compter, qui ont le sourire à l’envers ou qui ont l’air mal baisé. J’en reviendrai presque à dire que mon pays je l’aime sans ses habitants.

J’essaye de reconnecter comme si tout et rien n’avait changé. Comme si je n’étais jamais partie, et comme si je n’étais jamais revenue.


2 réflexions sur “Retour en France, l’étrangère de son propre pays

  1. J’aime beaucoup ton blog et ta façon d’écrire,j’ai l’impression de revenir 2 ans et demi en arrière quand ce fut mon tour de revenir en France. Ce sentiment partagé entre le bonheur de retrouver sa famille et la tristesse de quitter les Etats-Unis. Je crois qu’une fois qu’on a vécu un an là-bas, on ressentira toujours un manque, même après plus de 2 ans,je sais que je suis toujours partagé entre ces deux pays. En tout cas, j’espère pour toi que ça va et que ce n’est pas trop dur de se réintégrer.

    J'aime

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire. Á vrai dire la réinsertion à ete super rapide et aujourdhui alors que je continue ma route en Australie, je dois avouer que c’est la vie française qui me manque avec toujours un gros souvenir des États Unis derrière mois. Ces deux années resteront à jamais je le sais pas. Les cultures aussi, et heureusement !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s