On ne vous dit pas tout

« Arrête t’es pas à plaindre quand même », « c’est des vacances toute l’année », « tu parles, voyager et t’occuper de gosses, t’appelles ça bosser toi ? ».  Futures Au Pair attendez vous à être patientes, et pas seulement avec les enfants. Ces phrases, toutes faites, qui ont pour but uniques de vous rendre dingue -disons le clairement- vous deviendront très familières au cours de votre année. Et pour cause ! Si vous avez le malheur de vous plaindre, ne serait-ce qu’une fois à l’un de vos proches resté outre Atlantique, il aura le plaisir de vous rappeler que vous vivez un rêve et que vous n’avez donc pas le droit de vous plaindre.

Stop ! Un rêve ?!

Les dessous d’Au Pair n’est pas toujours celui qu’on pense, explications !

Ok, Au Pair on a compris c’est vivre avec des enfants dont on s’occupe jusqu’à 45h par semaine. Tu te dis que ça va, les enfants tu connais. Tu as fait quelques, plusieurs, voir beaucoup de babysitting, donc tu connais le côté mignon et attachant des enfants, tout comme le côté franchement tête à claque et relou. Mais ça va, tu gères. Oui parce qu’après 18h les parents rentrent à la maison, tu dis au revoir aux enfants et tu rentres chez toi. Sauf quand tu es Au Pair. En rentrant les parents sont fatigués, occupés, voir les deux, ou rien de tout ça, mais dans tous les cas, les enfants eux, sont toujours là. Tu es toujours énervé après eux, mais bon, tu fais bonne figure.

Enfaite, il a plusieurs raisons pour laquelle être Au Pair n’est pas tous les jours faciles, et c’est souvent éloignés des enfants, en voici plusieurs exemples.

Le quotidien

Le quotidien peut, à force, devenir d’un redondant interminable. Le matin on se lève à 6h, on lève les enfants, on déjeune, on va à l’école, on dépose la grande, on joue avec le petit, sieste, lunch, on va le chercher, on joue… et fin de la journée. Et il ne faut pas rêver, même si tu es OFF à 16h, tu ne sera pas de sortie tous les jours; premièrement parce que tu sera fatigué, deuxièmement parce que tu voudra faire partie de la famille et donc éviter de partir dès que tu es OFF, et enfin troisièmement parce que tu n’en aura pas forcément l’occasion financière.
Très concrètement, tu attendra le week-end avec impatience, ta récompense à cette semaine, le Graal, la liberté. Tu aimera tes enfants mais regarder Dora pour la 30ème fois et colorier la reine des neiges pour la douzième, ça deviendra lassant. C’est là où l’imagination pour occuper les enfants est importante, mais même si l’art craft varie, on cherchera toujours à « occuper l’enfant ». Les Playdate permettent de varier le quotidien et de retrouver vos copines, autant pour les enfants que pour les Au Pair, c’est  donc une bonne solution !

Les Hosts

Vivre avec ses patrons. Oubliez un peu l’aspect « je veux que tu fasses partie de la famille« . Il ne faut pas rêver tout de même, le chèque en fin de semaine c’est bien cette maman ou ce papa d’adoption qui va te le donner. Et c’est bien à eux que tu vas réclamer de l’argent quand ils auront oublier.
Vivre avec ses hosts, ça devient tout de suite plus compliqué quand ils vous tapent sur le système. Ils demandent trop, ils respectent pas les règles, ils vous ignorent, ils ne font pas attention à vous, sont distraits, mal organisés, ils ne vous disent rien, ils ne vous font pas confiance, vous font des petites remarques de plus en plus souvent… Ou pire, vous ne vous sentez pas à l’aise avec eux… Tout ça évidemment n’arrive pas en même temps, et certaines choses n’arrivent parfois jamais. Mais il faut comprendre que les enfants ne sont pas l’unique facteur de pétage de câble dans cette aventure. De plus, tu vis avec eux et tu veux maintenir une bonne ambiance malgré tout, donc pas d’autres choix que de prendre son mal en patience et cela arrive bien plus souvent que tu ne puisses imaginer !

La culture

La logique de certaines choses vous passera totalement à côté. Les repas à 18h, l’autoroute à 6 voies, faire les courses à 22h, fermeture des clubs à 2h, on dit OK. C’est leur culture, on est là pour le changement, pas de soucis ! Mais il faut bien avouer qu’il y a des choses qu’on imaginait autrement. L’enfant roi et l’éducation c’est quand même un gros gros changement. On pense « cliché » !, mais finalement pas du tout. On veut l’enfant heureux, donc on ne va pas le faire pleurer. Dans ma première famille c’était tout à fait ça et honnêtement ça m’énervait plus qu’autre chose. Punir un enfant parce qu’il a fait une bêtise, j’appelle ça du bon sens. Question de culture, j’imagine.
La nourriture c’est quitte ou double. Vous pouvez tomber sur une famille 100% végé, bio à gogo ou alors une famille qui peut se contenter de chips avec fromage fondu pour le midi. Exception faite pour les familles qui ont des origines type indienne, pakistanaise, asiatique et j’en passe. Dans tous les cas, votre estomac et vos habitudes alimentaires prendront un petit coup ! Oubliez votre pain complet, votre saucisson et vos quiches lorraines.
Ces petites différences peuvent vous amener à un homesick et c’est pas top à voir.

Ton statut

Si le « membre exclusif de la famille » est souvent évoqué, j’ai entendu de belles histoires bien moche quand à notre statut. Et inutile de vous dire que ce ne sont pas des cas isolés, la plupart se retrouve dans cette situation. Le lave vaisselle et les petits trucs qui traînent deviendront ton quotidien. Mais surtout..
Tu n’es pas chez toi. Tu ne peux pas inviter des amis quand tu veux, sortir jusqu’à pas d’heure, laisser du bazar derrière toi, changer la vaisselle, repeindre un mur, organiser une soirée, danser tout nu dans ton salon (ups pardon.). Normal me diriez-vous. Mais ces petites choses peuvent finir par sérieusement manquer après un an (sauf danser tout nu, évidemment).
Tu es un modèle pour les enfants, tu ne fumes pas, t’habilles correctement, ne bois pas (devant eux – faut pas déconner!), ne dis pas de gros mots. Autant de chose qui fait que tu dois constamment modifier ton comportement.

La distance

Cette partie est propre à chacun et ne concerne pas uniquement les Au Pair mais plus généralement les expatriés. Autant les Etats Unis font rêver, autant la France a de très bons côtés et certains vous manqueront, peut être plus que vous ne pouvez le penser. Les débuts sont très durs, car une fois votre journée finie, tout le monde dort déjà en France. Ensuite ca va mieux avec le temps. Mais n’oubliez pas de donner régulièrement des nouvelles à vos proches, parce qu’ils ne manqueront pas de vous soulignez que vous n’en donnez pas assez. Il y aura toujours quelqu’un pour vous rappelez que vous êtes parti de votre plein grès, que personne ne vous a pousser, et que forcément vous allez manquer des choses. Tais toi donc et ne te plains pas.
Alors certes, on a décidé de partir, mais n’oubliez pas, amis et famille française, que même à l’autre bout du monde, nous avons toujours besoin d’un appui et qu’on a toujours besoin de vous. Et je souligne aussi que l’on es pas obligé de savoir parler parfaitement anglais, chose que beaucoup ont du mal à assimiler.

Exemples concrets

Petites anecdotes & histoires vraies de mes chères copines qui n’ont pas toujours eu l’année facile.

  • La petite de 8 ans qui se réveille et qui ne veut rien faire, qui t’envoie bouler dès que tu ouvres la bouche. Les parents ne veulent pas que tu élèves la voix ou que tu la forces à quoi que ce soit, mais ils veulent  quand même que tu fasses un tas de trucs avec elle, choses qu’elle refuse.
  • La host mom qui oublie qu’une Au pair n’est PAS prévu pour surveiller ses enfants durant la nuit lorsqu’elle  sort le soir en boîte, rentre alcoolisée, et parfois accompagnée.
  • Les hosts qui t’emmènent avec eux à la plage mais te laisse rentrer à 16h avec les enfants, juste avant le repas d’anniversaire, histoire de ne pas les avoir dans les pattes.
  • La host complètement parano qui ne veut pas que sa fille joue dehors car il fait trop chaud en été, trop froid en hiver, pas de playdate non plus car elle ne veut pas que sa fille fréquente d’autres enfants..
  • Les hosts qui te regardent bizarre dès que tu oses grignoter un truc, du coup tu oses à peine manger une pomme de temps à autre, si tu oses raté le dinner un jour.
  • La petite qui te crie dessus toute la journée, toute la semaine. Et que les hosts ne comprennent visiblement que la situation ne va pas s’arranger en lui proposant plus de « craft » à faire.
  • Les hosts et les enfants qui mangent, qui laissent tout leur bordel et ne feront rien tant que tu ne rangera pas.
  • Les hosts qui laissent une montagne de linge devant ta chambre après ta première semaine de vacance. Ou qui collent un post-it « Clean » sur le lave vaisselle, le week end et attende lundi pour que tu le fasses.
  • Les hosts qui ne veulent pas que tu conduises dans le centre, qui veulent que tu te gares 100m plus loin car le parking est trop étroit (wtf), qui ne veulent pas te laisser la voiture de nuit, sur les autoroutes, et puis finalement non, c’est trop près, c’est trop si, c’est trop ça.
  • La kid qui te prend de haut et qui te prend « et si j’le fais pas, tu vas faire quoi ? », et qui confond Au Pair avec bonne.
  • Et enfin ces hosts là qui te disent de faire des choses mais qui font l’exacte opposé.

Bref.

Alors, oui je suis d’accord, on vit des choses exceptionnelles et incroyables, on voyage beaucoup et on a beaucoup de chance. Mais on le mérite; on a quitté famille, amis, maison et repère pour se retrouver à l’autre bout du monde entouré d’inconnu et désarmé. Alors à toutes ces personnes qui vous envient et qui pensent que tout est facile ici, rappelez leur simplement que l »On a rien sans rien« . Car ces petites choses on les vit TOUS LES JOURS.
Je vous rassure, cet article parle des mauvais côtés mais on a aussi pas mal de bons moments et fort heureusement.

Je vous laisse regarder cet extrait de vidéo de mon amie Emeline, qui expliquera un peu mieux mes propos, ainsi que celle d’Angélique plus mitigié :

La photo n’est pas la mienne, mais est libre de droit. Le montage est ma réalisation, merci de ne pas l’emprunter sans lien direct vers mon blog. Merci.

La phot

IMG_1770


9 réflexions sur “On ne vous dit pas tout

  1. Hey,

    Je suis tombé sur ton blog car une amie au pair a partagé ton article sur sa page et évidemment je me suis empressé de le lire. Bourre de vérité ton article fait du bien à lire!
    Il y a trois mois j’ai fait une vidéo sur ça d’ailleurs parce que j’étais agacé de recevoir des « de quoi tu te plains tu es a LA ».

    Voila voila

    Merci pour cet article.

    J'aime

    1. Oui je pense qu’il est important de savoir les deux côtés et malheureusement pour moi j’avais un besoin de me justifier par rapport à ces remarques. Parce que les gens… Ne comprennent pas.
      Je vais aller voir ta video, ça m’intéresse ! (Dispo sur ton blog?).
      Et tout cas merci pour ton commentaire, ça fait plaisir !

      J'aime

      1. C’est pour les mêmes réponses que j’ai fait cette vidéo, besoin de me justifier et aussi faire réaliser à certaines au pair que non tu ne choisis pas tes horaires, tu ne pourras pas faire tout ce que tu veux quand tu veux… Mais oui, les gens ne comprennent pas, pour eux c’est juste des vacances sous les palmiers aux US pendant un an tout en étant payer, ouais sauf qu’en faite c’est pas ça.

        Oui elle est dispo sur mon blog.

        De rien.

        J'aime

      2. Je l’ai regardé ce matin même et j’aime beaucoup ! Ca dit exactement ce que j’ai écrit. Preuve que nous vivons bien la même chose 🙂

        J'aime

  2. Eh ben ! Quand on le lit ca parait logique, mais c’est vrai qu’on pense pas forcément à tout ca si on a pas le nez dessus…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s